Section de Bayonne

Section de Bayonne
Accueil
 
 
 
 

Soutien au peuple palestinien : intervention de D. MELE (PCF) lors du rassemblement du 31 juillet à Bayonne

Le PCF affirme son soutien au peuple palestinien !

Dans l’enclave palestinienne de Gaza se produit un massacre de masse. Un crime contre l’Humanité. Contre la population de Gaza, la cinquième armée du monde, celle de l’Etat d’Israël, sème sur son passage la mort en toute impunité. La mort d’enfants innocents, de femmes et d’hommes aux mains nues, enfermés, séquestrés, dans le territoire le plus peuplé du monde, devenu prison à ciel ouvert.

Depuis le 8 juillet, le déploiement des forces militaires israéliennes augmente. Détruisant maisons, écoles, hôpitaux, services administratifs, centrales électriques, avec toujours plus de mort. Cette armée d'occupation, tire sur des enfants, elle a les mains libres et Nethanyahou défi le monde. La capacité israélienne à lancer impunément des attaques aussi dévastatrices trouve son origine dans l'existence d'une vaste coopération militaire internationale et de commerce d'armement qu'Israël entretient avec des gouvernements complices à travers le monde.

Il faut que les Nations unies et les gouvernements à travers le monde et notamment le Gouvernement français prennent des mesures immédiates pour imposer un embargo militaire complet et légalement contraignant envers Israël semblable à celui qui a été imposé à l’Afrique du Sud durant l'apartheid. » Les chancelleries du monde regardent sans rien faire de sérieux pour que s’arrête l’horreur mais les États-Unis comme l’Union européenne font semblant d’être impuissants. 

Pour d’autres conflits, les mêmes haussent au moins le ton, envisagent au moins des mesures de rétorsions. Là Rien! Aucun acte concret ! Il y a dans ce conflit, un occupant et un occupé. Il y a un agresseur et une résistance. L’inaction internationale a valeur de soutien à l’agresseur.

Les gouvernements et l’Union européenne disposent d’outils juridiques, politiques, commerciaux pour faire entendre raison au gouvernement ultra-droitier de Tel-Aviv. Le droit international existe pour agir. Qu’attendent-ils pour le faire appliquer ? L’Union européenne qui a un accord d’association avec l’État d’Israël pourrait, si elle en avait la volonté, s’appuyer sur son article 2 qui prévoit que dès lors qu’un Etat ne respecte pas les principes fondamentaux des droits humains, l’accord peut être suspendu. Comme ont commencé à le faire plusieurs pays européens, l’Union européenne, comme les États-Unis devraient cesser toute collaboration commerciale, à commencer par l’interdiction d’importer des produits alimentaires et des marchandises produites dans les « colonies ». Tous devraient d’urgence cesser de fournir de l’armement militaire à ce gouvernement. Tous devraient demander aux grandes entreprises qui participent d’une manière ou d’une autre à la colonisation et à l’édification du « mur », de cesser toute activité tant que le gouvernement israélien ne se conformera pas au droit international qui prévoit un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale au côté d’un État israélien dont la sécurité est assurée. Nul n’ignore  que le gouvernement israélien ne veut ni de vraies négociations avec les palestiniens, ni d’accord de paix, ni de réconciliation palestinienne, ni d’Etat palestinien. Assez de faux semblants et d’hypocrisie ! Il faut contraindre les dirigeants israéliens à engager un processus de paix, avec obligation de résultats. Cela implique de sortir des arrières pensées géopolitiques que nourrissent les pays occidentaux qui font d’Israël leur pointe avancée dans le monde arabe. Ce calcul à courte vue est à l’opposé de la recherche de la paix et de la sécurité dont ont tant besoin les deux peuples, israélien et palestinien. A l’opposé aussi d’un indispensable développement durable et harmonieux du Proche et Moyen Orient. Croire que les armes détruiront les groupes « terroristes » est un leurre. C’est le blocus, la misère et l’humiliation qui feront se lever  de nouveaux groupes intégristes, toujours plus radicalisés et qui feront peut-être demain apparaître le hamas comme modéré aux yeux de ceux qui aujourd’hui le rendent responsable de tous les maux. En vérité, ceux qui veulent transformer le conflit en une guerre de religion tentent de tromper l’opinion. Le CRIF joue un rôle stupide et dangereux en tentant d’importer en France ce conflit, et en déclarant qu’Israël est le rempart de l’occident contre l’islamisme radical Il s’agit d’abord d’un conflit colonial et d’une lutte de libération nationale s’appuyant sur  le droit international. Il y a en Israël même des forces et plusieurs personnalités imminentes qui appellent en ce moment à l’application de ce droit. Le PCF soutien les militant israéliens qui courageusement manifestent leur désaccord a la politique suicidaire de leur gouvernement. Nous apportons tous notre soutien au parti communiste Israélien qui vient de déclarer je cite : "Le Parti communiste d'Israël" (PCI) exprime sa colère et sa condamnation ferme de la guerre terroriste vicieuse et meurtrière que mène le gouvernement israélien contre le peuple de Gaza et les arabo-palestiniens plus largement ces derniers jours. De la même façon, le PCI réprouve clairement et sans ambiguïté le bombardement de civils israéliens par le Hamas et d’autres organisations dans la bande de Gaza De notre point de vue, de telles attaques ne sont pas seulement répréhensibles mais aussi contre-productives à la cause palestinienne même, précisément son aspiration juste et légitime à établir un Etat indépendant aux côtés de l’État d’Israël, dont la capitale est Jérusalem-est, dans les frontières du 4 juin 1967. Il n’y a pas de solution militaire à ce conflit. La solution ne peut être que politique, uniquement politique. Et nombre de progressistes et d’humanistes sont tristes et écœurés de l’attitude du gouvernement français et du Président Hollande qui prennent partie pour le gouvernement ultra-droitier israélien et qui interdisent des rassemblements pour la paix sous prétexte de l'importation du conflit. Plus nos gouvernants parlent de l’importation du conflit sur notre territoire plus ils l’attisent. Comme est inacceptable l'abstention de la France portant sur la création, à l' initiative de la CDH, d'une commission d'enquête internationale pour établir l 'existence de crime de guerre dans le cadre de l'agression israélienne à Gaza, reniant ainsi le respect du droit international.

Ce manque de courage à s'opposer au sentiment d'impunité du GVT israélien et des colons, l'histoire le jugera !

Le PCF appelle le gouvernement français et l'Union européenne à prendre toutes leurs responsabilités et à cesser toute coopération avec Israël tant que le droit international sera bafoué et que les bombardements et la colonisation israélienne se poursuivront. Sans condamnation, ni sanctions, il n'y a pas de chemin vers la paix possible. Le PCF appelle la France à agir pour que l'ONU organise une conférence mondiale multilatérale pour la paix juste et durable, et la sécurité au Proche-Orient avec pour objectif le respect des résolutions de l'ONU, la coexistence pacifique de deux États dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale de l’État palestinien, et une juste solution pour les réfugiés en application de la résolution 194 des Nations Unie. C'est l'urgence, c'est notre responsabilité !

L’action des peuples rassemblés qui se manifeste partout peut les y contraindre !

Le PCF appelle à amplifier le mouvement , de manière responsable et solidaire, pour obtenir d’urgence :

- l’arrêt de l’agression militaire israélienne

- l' arrêt de toutes les violences

- la mise sous protection internationale du peuple palestinien

- la levée du blocus illégal et criminel de Gaza

- des sanctions immédiates d'Israël jusqu'au respect complet du droit international

- le soutien au peuple palestinien et au gouvernement d’entente nationale

-Pour la reconnaissance de l’État de Palestine comme 194e État des Nations-Unis

-Pour la liberté pour tous les prisonniers politiques palestiniens

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.